Les fans des Bleus préfèrent les pizzas
 
Dirk Eisermann/LAIF-REA
Depuis que les femmes s'intéressent au football, les restaurants se vident les soirs de matchs. Les grands gagnants du Mondial sont les livreurs de pizzas.

 

 

 

 

 

Je souhaite de tout coeur que l'équipe de France de football continue jusqu'en finale » proclame Daniel Sommer. Ce n'est pas le supporter qui parle mais le président de la chaîne Speed Rabbit Pizza Pour lui, Coupe du monde rythme avec forte activité « Depuis le début de la compétition, les commandes sont supérieures de 30 % à une soirée classique. Lorsque l'équipe de France est en lice, les commandes explosent de 50 à 60 % » souligne le professionnel. Il explique qu'il pourrait doubler ses ventes les soirs où les Bleus jouent mais ses points de ventes sont limitées par leur capacité de production et de livraison. Daniel Sommer estime que cette période offre un salutaire « ballon d'oxygène » Le surcroît de vente pendant la Coupe du monde « va permettre d'enrayer la baisse d'activité comprise entre 5 et 8 %, depuis le début de l'année » Par souci d'économies, les familles commandent moins souvent depuis quelques mois.

Ecrans géants

Le succès des livraisons de pizzas les soirs de matchs n'est pas nouveau. Depuis toujours, elles sont les grands bénéficiaires de ces tournois. Ce qui est inédit, c'est la baisse de fréquentation des restaurants durant cette période. Bernard Boutboul , directeur général du cabinet Gira Conseil et fin connaisseur du secteur de la restauration, explique qu'il y a un Avant et un Après 1998. Avant que les Bleus ne deviennent champions du monde en 1998, les restaurants étaient bondés les soirs de matchs, notamment grâce aux femmes qui organisaient des dîners entre filles, pendant que les hommes campaient devant leur télé L'exceptionnel parcours des Bleus alors que la Coupe du monde se déroulait en France a attiré un nouveau public, et notamment les femmes, vers le ballon rond. Lors de la Coupe du monde suivante, en 2002, la prestation de l'équipe de France avait été trop courte pour que l'on puisse remarquer le changement de tendance.

C'est donc depuis 2006 que les restaurateurs ont vu leurs établissements se vider les soirs de match. Et à nouveau en 2010, les restaurants restent sur le banc de touche pendant les rencontres. Désormais, le foot se regarde entre amis, sans distinction. Philippe Labbé le président de la chaîne de restaurant Courtepaille, qui n'est pas un fan de foot, a une autre raison de ne pas apprécier ce sport : la fréquentation de ses restaurants baisse de 10 %. « Je m'attendais à une baisse de 20% » se console-t-il. Mais le pire est peut-être à venir. Plus on ira vers la finale, plus les supporters seront mobilisés...

Heureusement, tous les supporters ne jouent pas à domicile. Les cafés qui ont installé des écrans géants pour retransmettre les matchs sont noirs de monde. « Si les clients préfèrent les cafés aux restaurants, c'est d'une part dans le but de limiter leurs dépenses. Et d'autre part pour la convivialité et l'échange qui règne dans ces lieux lors des matchs » souligne Bernard Boutboul .

 

par Héléna Dupuy La Tribune